Straumann à l'EuroPerio 8

Londres, RU - 3-6 juin 2015

De la solution universelle et l'utilisation de biomatériaux en fonction de l'indication - un changement de paradigme dans les concepts de traitement de régénération.

 

Forum des sociétés Straumann

Présentation No1 - Concepts contemporains et nouveaux développements pour l'amélioration des résultats de la chirurgie parodontale de reconstruction - Professeur Dr Anton Sculean

Intervenant : Professeur Dr Anton Sculean, Suisse

Biographie

Anton Sculean est professeur et président du département de parodontologie de l'Université de Berne en Suisse. Il est diplômé de l'Université Semmelweis de Budapest en Hongrie (1990) et a reçu sa formation de troisième cycle aux Universités de Münster, en Allemagne et au Royal Dental College d'Aarhus, au Danemark. Il a reçu son habilitation à l'Université de Saarland, Homburg, en Allemagne. Le professeur Sculean a reçu de nombreux prix de recherche, entre autres le Prix Anthony Rizzo du Groupe de recherche parodontale de l'Association internationale pour la recherche dentaire (AIRD), et le Prix AIRD/Straumann en médecine régénérative parodontale. Il a reçu des doctorats honorifiques de l'Université Semmelweis à Budapest, en Hongrie et de l'Université Victor Babes à Timisoara, en Roumanie. Il est l'auteur de plus de 160 publications dans des revues évaluées par des pairs et fait partie du comité de rédaction de plus de 10 revues dentaires. Le professeur Sculean a été le président du Groupe de recherche parodontale de l'AIRD en 2009-2010 et est actuellement président de la Société Suisse de Parodontologie. Ses recherches actuels incluent la cicatrisation parodontale, le traitement parodontal de régénération et plastique-esthétique, le traitement des péri-implantites, les traitements antibiotiques et antiseptiques, les traitements au laser et les biofilms oraux.

Objectifs

Des progrès en biologie cellulaire et moléculaire ont contribué à une meilleure compréhension de la cicatrisation de différents tissus et ont révélé une grande complexité des processus impliqués. En général, le résultat de la cicatrisation peut être caractérisé soit par une réparation, c.-à-d. formation de tissu cicatriciel qui diffère en forme et/ou en fonction par rapport aux tissus d'origine, ou de la régénération, c.-à-d. la forme et la fonction dont des tissus perdus sont restaurés. Un grand nombre de données a permis d'établir que les facteurs de croissance et de différenciation polypeptidiques, les protéines de la matrice amélaire, les membranes barrières, certaines greffes osseuses ou diverses combinaisons de ceux-ci peuvent favoriser la cicatrisation/régénération des plaies parodontales en créant un environnement propice et/ou immédiatement induire une nouvelle formation tissulaire. En outre, il est maintenant clair que les procédures parodontales de reconstructions ne peuvent réussir que si les facteurs pertinents au patient et les approches chirurgicales biologiquement orientées, visant à améliorer la stabilité de la plaie sont pris en compte.

Objectifs

 La présentation donnera un aperçu du contexte du produit biologique, des considérations chirurgicales et de l'arbre décisionnel clinique relatif à l'utilisation de divers biomatériaux dans la chirurgie parodontale de reconstruction pour les défauts intraosseux, de furcation et de récession. Enfin, les perspectives d'avenir seront présentées sur les indications à venir telles que l'utilisation d'un dérivé de la matrice amélaire pour traiter les défauts de types horizontaux et l'association de divers substrats de collagène et d'un dérivé de la matrice amélaire pour maximiser les résultats de cicatrisation des défauts de récession.

Présentation No2 - Procédure d'augmentation des tissus durs et mous à l'aide de biomatériaux – prédictible dans la pratique quotidienne - PD Dr Dr Daniel Rothamel

Intervenant : PD Dr Dr Daniel Rothamel, Allemagne

Biographie

Daniel Rothamel est diplômé de l'Université Heinrich-Heine de Düsseldorf, en Allemagne, et a reçu son diplôme de Dr Med. dent. avec la thèse « Établir une nouvelle méthode de quantification de l'hypersensibilité dentaire ». Il a été formé à la chirurgie buccale et a également obtenu le Dr med avec sa thèse sur « La biocompatibilité, la biodégradation et les aspects angiogénétiques des membranes de collagène natives et réticulées ». De 2002 à 2007, il a travaillé comme chercheur associé au Département de chirurgie buccale (Professeur Dr J. Becker) à l'Université Heinrich-Heine à Düsseldorf, en Allemagne. En 2005, il s'est porté volontaire à la clinique de chirurgie plastique et reconstructive à Sankhu, Katmandou (Népal) avant d'aller en Australie en 2007 pour commencer un post-doctorat au Département de pathologie orale et de recherche moléculaire à l'hôpital Westmead, Université de Sydney, Australie (accordée par DAAD). En 2008, Daniel Rothamel est retourné en Allemagne pour travailler en tant qu'associé de recherche au Département de chirurgie plastique orale et maxillo-faciale (Professeur Dr J. Zoeller), Université de Cologne, en Allemagne, et a reçu son doctorat sur « La reconstruction des défauts de la mâchoire à l'aide de blocs osseux artificiels et autogènes en association avec des facteurs de croissance ». Daniel Rothamel est mieux connu pour son intérêt dans la recherche sur la régénération osseuse guidée, des surfaces implantaires, des membranes de collagène, des matériaux de substitution osseux et des facteurs de croissance.

Objectifs

L'une des procédures les plus difficiles en implantologie dentaire est la régénération prédictible et sûre des défauts des tissus osseux et mous. Bien que le tissu osseux autogène soit toujours considéré comme la meilleure solution, différents biomatériaux tels que les substituts osseux et les membranes ont démontré des résultats prévisibles dans les procédures d'augmentation du processus alvéolaire. Alors que la régénération de défauts plus petits dans le contour de la crête peut être effectuée avec l'angio-sélectivité transmembranaire des membranes appliquées, les défauts plus grands nécessitent des matériaux de substitution osseux dont le volume est stable et des barrières durables. Le péricarde porcin natif a démontré des résultats favorables, liés à sa structure de collagène multicouche. En outre, les substituts osseux disponibles diffèrent considérablement en termes d'aspects biochimiques, influençant la stabilité du volume, la vitesse de formation des os, le remodelage de la greffe et l'acceptation du patient. En outre, la qualité du site receveur, le caractère ostéogénique de la greffe et le temps de cicatrisation sélectionné affectent la prévisibilité du résultat de la régénération.

En plus des biomatériaux d'augmentation osseuse, des matrices de collagène spécifiques ont été établies pour les procédures d'augmentation des tissus mous, y compris l'épaississement de la gencive, la vestibuloplastie et la couverture de récessions. Contrairement aux tissus mous du patient, l'utilisation des biomatériaux n'est pas accompagnée de la morbidité du site du donneur.

Objectifs

Cette présentation détaillera les règles de sélection des différentes matrices de collagène et des différents matériaux de greffe osseuse qui correspondent à l'indication, à la forme du défaut et aux conditions préalables du patient afin d'obtenir le meilleur résultat de régénération. Sur la base d'exemples cliniques, de nouvelles options de traitement d'indications cliniques répandues seront présentées, telles que la préservation des cavités résultant de la disponibilité de nouvelles greffes de tissus mous en collagène.

Présentation No3 - Straumann®Osteogain – Un nouveau chapitre dans l'utilisation clinique de protéines de la matrice amélaire - Professeur Dr David L. Cochran

Intervenant : Professeur Dr David L. Cochran, États-Unis

Biographie

David L. Cochran est diplômé de l'Université de Virginie et a reçu son D.D.S., M.S. et Ph.D. en biochimie du Medical College of Virginia (MCV). Il a été formé en parodontologie à la Harvard School of Dental Medicine où il a également reçu un deuxième Master. Il a récemment reçu un doctorat honorifique de l'Université de Berne en Suisse. Le Dr Cochran est actuellement professeur et président du Département de parodontologie du Centre de sciences de la santé de l'Université du Texas à San Antonio, Faculté dentaire. Avant sa prise de fonction à San Antonio, Dr Cochran était directeur de la parodontologie de troisième cycle à MCV. Dr Cochran est membre de nombreuses organisations dentaires professionnelles et est diplômé de l'American Board of Periodontology. Il est membre de l'American College of Dentistry et de l'International College of Dentistry. Dr Cochran a publié de nombreux articles scientifiques et des abstracts sur différents sujets parodontaux, biochimiques et implantaires. Il a reçu des prix pour son travail de recherche aux niveaux national et international. Dr Cochran est un chercheur actif dans les sciences fondamentales et dans le domaine clinique qui a reçu des fonds du NIH-NIDCR et du secteur privé.

Objectifs

Les protéines de la matrice amélaire ont été utilisées cliniquement pendant plus de 2 décennies et ont été documentées par de nombreuses recherches cliniques et précliniques. Malgré le large potentiel biologique des protéines de la matrice amélaire pour stimuler divers types de cellules et de tissus en termes de formation tissulaire et de régénération, le potentiel de cette classe de composants n'a jusqu'à présent été entièrement exploré que pour le traitement réussi des indications parodontales. Les progrès récents dans la recherche sur les protéines de la matrice amélaire comme mélange et en tant que fractions partielles du mélange montrent que, outre l'induction de la régénération parodontale, les protéines de la matrice amélaire stimulent des processus importants pour la formation, la maturation et la régénération de l'os, comme la stimulation des ostéoblastes et des cellules souches et la promotion de l'angiogenèse. Compte tenu de ces propriétés, les protéines de la matrice amélaire peuvent en soi être classées comme des solutions prometteuses pour favoriser la croissance et la maturation osseuses dans le cadre des procédures cliniques d'augmentation osseuse en parodontologie et, surtout, en implantologie.

Objectifs

Cette présentation présente Straumann®Osteogain comme une nouvelle solution biologique qui a été développée et optimisée pour son association avec des matériaux de greffe osseuse et des substrats de collagène pour stimuler la formation de tissu osseux dans le cadre de procédures d'augmentation osseuse régénératrice. Elle présente le concept et la raison d'utiliser le produit, ses composants et ses propriétés biologiques pour stimuler diverses activités physiologiques qui sont cliniquement pertinentes pour diverses procédures d'augmentation osseuse.

Concepts de traitement innovants et prédictibles permettant de satisfaire les exigences des patients.

 

Forum Straumann II

Présentation No1 - Traitement implantaire unitaire réussi et prédictible : prenez les bonnes décisions ! - Professeur Dr Ronald Jung

Intervenant : Professeur Dr Ronald Jung, Suisse

Biographie

Ronald Jung a une formation en chirurgie buccale, prosthodontie et implantologie. Il est actuellement vice-président du Département de prosthodontie fixe et amovible et des sciences des matériaux dentaires à l'Université de Zurich en Suisse (Président : Professeur Dr Ch Hämmerle). En 2006, il a travaillé en tant que professeur associé invité au Département de parodontologie du Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas à San Antonio, aux États-Unis (président : Professeur Dr David Cochran). En 2008, il a finalisé son « Habilitation » (venia legendi) en médecine dentaire et a été nommé professeur associé à l'Université de Zürich. En 2011, il a complété son doctorat à l'université d'Amsterdam, école dentaire ACTA, Pays-Bas. En 2013, il a travaillé en tant que professeur associé invité au Département de sciences de la restauration et des biomatériaux de l'École de médecine dentaire de Harvard à Boston, aux États-Unis. Il est un conférencier et chercheur accompli et de renommée internationale, plus connu pour son travail dans le domaine de la prise en charge des tissus durs et des tissus mous et de ses recherches sur les nouvelles technologies en dentisterie implantaire.

Objectifs

L'objectif de cette conférence est de fournir un aperçu complet des étapes importantes nécessaires pour l'analyse de risque initiale jusqu'à la reconstruction finale.

Objectifs

Afin d'obtenir une solution optimale après le remplacement d'une dent manquante par un implant, une synchronisation appropriés des décisions et des étapes de traitement est d’une grande importance.

Un traitement implantaire réussie et prévisible commence par une évaluation locale et systématique des risques. Sur la base de l'évaluation des risques, il est nécessaire d'avoir des stratégies de traitement individuelles pour la prise en charge des cavités d'extraction, pour la synchronisation de la pose des implants, pour la sélection des implants, pour la régénération des tissus mous et durs ainsi que pour les décisions concernant les prothèses.

L'accent sera mis sur les solutions pour la manipulation sur les cavités d'extraction et la synchronisation de la pose des implants, pour la sélection des implants en termes de longueur et de diamètre et pour la sélection des parties secondaires et des couronnes.

Présentation No2 - Comment déterminer le nombre optimal d'implants et la stratégie de traitement prothétique pour les patients partiellement et entièrement édentés - Professeur Dr Bjarni Pjetursson

Intervenant : Professeur Dr Bjarni Pjetursson, Islande

Biographie

Bjarni E. Pjetursson, a reçu son DDS de l'Université d'Islande en 1990. De 1990 à 2000, il a travaillé comme dentiste généraliste dans sa clinique privée en Islande. En 2000, il a commencé ses études de troisième cycle en parodontologie et dentisterie implantaire à l'Université de Berne, en Suisse. Il a reçu son certificat de spécialiste et un master en parodontologie (EFP et SSP) et un doctorat en dentisterie de la Faculté de médecine de l'Université de Berne en Suisse. De 2003 à 2005, il a fait ses études de troisième cycle en prosthodontie à l'Université de Berne en Suisse. À partir de 2005, il a été professeur adjoint et conférencier au département de parodontologie et de prosthodontie fixe de l'Université de Berne et est actuellement président du département de prosthodontie de la Faculté d'Odontologie de l'Université d'Islande. Dr Pjetursson est membre de l'ITI et membre du comité de rédaction de Clinical Oral Implants Research.

Objectifs

Cette conférence se concentrera sur :

  •  Différentes approches de traitement pour sélectionner le nombre optimal d'implants.
  • Comment choisir les meilleurs longueur et diamètre d'implant dans une indication donnée.
  • Comment décider de certains protocoles de traitement qui aident à optimiser le temps de traitement, les coûts et l'étendue de l'intervention chirurgicale.

Objectifs

Dans la pratique quotidienne, les dentistes font systématiquement face au défi de la prise de décisions rapides et difficiles. Il existe une abondance de littérature avec différents protocoles sur la façon de concevoir des prothèses dentaires fixes implanto-portées en termes de nombre, de longueur et de diamètre des implants requis pour supporter ces reconstructions. Pour les patients totalement édentés, le nombre d'implants recommandés pour soutenir les reconstructions d'arcade complète dans le maxillaire variait de 4 à 22. Pendant que, dans la mandibule, cela variait de 3 à 18 implants. Alors, quel est le nombre optimal d'implants ? Et comment le dentiste peut-il prendre la bonne décision ?

Au cours de cette conférence, les conditions préalables pour décider du nombre d'implants nécessaires pour soutenir différents types de reconstructions seront discutées. La question de savoir comment utiliser des implants courts et étroits afin d'éviter des procédures compliquées d'augmentation osseuse sera également abordée. Enfin, il sera possible de déterminer les situations cliniques qui conviennent pour l'utilisation d'implants inclinés.

Des cas cliniques courants de patients partiellement et totalement édentés seront présentées. Une planification du traitement basé sur des données factuelles sera effectuée en tenant compte du nombre, de la taille et du type d'implants requis, ainsi que du matériel et des mécanismes de rétention des composants prothétiques à sélectionner.

L'approche par lambeau unique - une procédure simplifiée pour la régénération parodontale.

 

Atelier Straumann

Présentation No1 - L'approche par lambeau unique – une procédure simplifiée pour la régénération parodontale - Professeur Dr Leonardo Trombelli, DDS, PhD

Intervenant : Professeur Dr Leonardo Trombelli, DDS, PhD, Italie

Biographie

Professeur titulaire et Président, parodontologie et implantologie, faculté de médecine dentaire, Université de Ferrara, Italie. Directeur du Centre de recherche pour l'étude des maladies parodontales et péri-implantaires, Université de Ferrara. Directeur, clinique dentaire, hôpital universitaire, Ferrara. Membre actif de la société de parodontologie italienne et membre de la société italienne d'implantologie.  Membre du comité de rédaction du Journal of Clinical Periodontology, membre du comité d'évaluation par des pairs pour le Journal of Periodontology.

Résumé

Les défauts intraosseux profonds représentent un défi pour le clinicien car, s'ils ne sont pas correctement traités, ils peuvent entraîner une perte de dent. Au cours des dernières années, diverses approches visant à une amélioration substantielle de l'état clinique de la dent affectée par la lésion, associée à la régénération de l’ensemble de l'appareil de fixation ont été développées.

Cette  approche par lambeau unique  en association avec des dispositifs de régénération est une procédure chirurgicale simplifiée pour traiter efficacement les défauts intraosseux profonds tout en minimisant les traumatismes chirurgicaux et les complications post-chirurgicales. 

Dans cet atelier, l'expert, le professeur Leonardo Trombelli, présentera l'approche par lambeau unique, ses indications et son protocole chirurgical. Cet atelier sera suivi d'une séance de travaux pratiques sur mâchoires de porc, ce qui donnera aux participants la possibilité de mettre en pratique les étapes de base de l'approche par lambeau unique en association avec Straumann® Emdogain®.

Objectif

L'objectif de la formation sera de définir soigneusement les avantages et les limites d'une approche chirurgicale simplifiée, l'approche par lambeau unique, spécialement conçue pour le traitement des défauts intraosseux profonds. En particulier, la possibilité que l'approche par lambeau unique puisse améliorer les conditions nécessaires à la stabilité de la plaie, entraînant une éventuelle régénération parodontale, sera discutée lorsqu'elle sera utilisée conjointement avec des technologies de reconstruction.

Objectifs

  • Définir les aspects diagnostiques des lésions intraosseuses adaptés à l’approche par lambeau unique ;
  • Discuter des avantages de l'approche par lambeau unique pour améliorer les conditions de stabilité de la plaie et minimiser les douleurs et la gêne post-chirurgicales ;
  • Décrire les résultats cliniques, en termes de cicatrisation précoce et tardive, de l'approche par lambeau unique par rapport aux procédures chirurgicales classiques avec double lambeau ;
  • Évaluer de manière critique quelles technologies de régénération (membranes, agents biologiques, combinaisons) sont les plus indiquées lorsqu'elles sont utilisées conjointement avec l'approche par lambeau unique.
  • Travaux pratiques pour enseigner les étapes chirurgicales de l'approche par lambeau unique lorsqu'elle est associée avec une greffe de biomatériaux et de dérivé de la matrice amélaire (Straumann® Emdogain®)